Ingénierie nucléaire

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) aide les pays opérant des centrales électronucléaires dans trois axes prioritaires.

Gestion sûre à long terme des centrales électronucléaires

Dans les dernières décennies, l’intérêt des pays opérant des centrales électronucléaires s’est davantage tourné vers l’optimisation du cycle de vie des réacteurs existants, et notamment l’allongement de manière sécurisée et sûre de leur durée d’opération, que vers la construction de nouvelles unités.

A la demande de certains Etats membres de l’AIEA, la Section d’ingénierie nucléaire (NPES - Nuclear Power Engineering Section) promeut, au travers de son programme de soutien pour un électronucléaire compétitif et durable, et de son sous-programme « PLiM » (Plant Life Management) sur la gestion du cycle de vie des réacteurs électronucléaires, et par les recommandations du groupe de travail technique sur la Gestion de la durée de vie des centrales électronucléaires (TWG-LMNPP), auquel participent des experts français (nommés intuitu personae), l’application des meilleurs standards et pratiques de sûreté pour permettre l’extension ou le renouvellement des certificats et licences d’opération de réacteurs au-delà des durées initialement autorisées.

Instrumentation et contrôle-commande

Le système d’instrumentation et l’architecture du contrôle-commande sont, avec les opérateurs, le système nerveux central d’une centrale électronucléaire. Grâce à ses nombreux composants (modules, senseurs, transmetteurs, etc), le système d’instrumentation et de contrôle (I&C) suit et intègre les paramètres physiques de base de la centrale afin d’en assurer un fonctionnement sûr, par ajustements automatiques. Il permet également de réagir rapidement en cas de panne ou d’événement anormal. C’est pourquoi les programmes dédiés au concept, à l’opération, la vérification, la maintenance, la certification et la modernisation des systèmes d’instrumentation et de contrôle revêtent un grand intérêt pour l’AIEA qui aide les opérateurs à relever les défis auxquels ils sont confrontés dans le vieillissement, la maintenance et la modernisation des équipements et des composants des systèmes d’I&C, notamment le passage de l’ère analogique à l’ère digitale.

Dans ce but, la Section NPES rassemble et favorise l’échange d’informations et les retours d’expériences :

  • Sous la forme de publication de documents techniques, à la rédaction desquels participent les experts français (EDF, Aréva, etc) ;
  • Sous la forme de séminaires/ateliers techniques ou de Conférences thématiques, organisés à Vienne ou chez les Etats membres, auxquels participent les experts français ;
  • Au travers de projets de recherches coordonnées ;
  • Par le truchement des recommandations des Groupes de travail technique (TWG - Technical working groups) sur l’instrumentation et le contrôle commandes des centrales électronucléaires (TWG-NPPIC) et sur la gestion des ressources humaines dans le secteur nucléaire (TWG-MHR), auxquels participent des experts français nommés intuitu personae.

Augmentation de la puissance des centrales

Un projet d’accroissement de puissance d’un réacteur nucléaire nécessite une revue systématique de l’analyse de sûreté des structures de l’installation et de ses composants, ainsi que du combustible, afin d’évaluer l’impact de l’élévation du niveau de puissance sur l’opération du réacteur, ses marges conceptuelles de sûreté et ses autorisations de base.

Les défis à relever sont nombreux car les référentiels documentaires sont souvent incomplets (par perte des connaissances ou par évolution des normes requises) et les équipements et composants ont vieilli ou sont devenus obsolètes. Outre la réalisation des modifications conceptuelles impliquées par l’accroissement de puissance d’un réacteur nucléaire sur ses îlots concernés, la réussite d’un projet d’accroissement de puissance passera avant tout par un important effort d’ingénierie démontrant que toutes les normes de sûreté sont bien respectées. Cet effort devra par conséquent être coordonné entre les différentes parties prenantes à la certification, l’opération et la maintenance de l’installation, ainsi qu’à la formation des opérateurs.

A la demande de certains Etats membres de l’AIEA, la Section NPES promeut, au travers de son programme de soutien pour un électronucléaire compétitif et durable, et de son sous-programme d’augmentation de capacité des centrales, l’application des meilleurs standards et pratiques de sûreté dans les projets d’accroissement de puissance des réacteurs électronucléaires.

En savoir plus

Dernière modification : 29/10/2014

Haut de page