Visite du Directeur Général de l’AIEA en France du 25 au 27 juin 2018

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), M. Yukiya Amano, accompagné du directeur de la communication de l’Agence, M. Serge Gas, de l’ambassadeur Jean-Louis Falconi et du Gouverneur auprès de l’AIEA, Mme Anne Lazar-Sury, s’est rendu à Paris du 25 au 27 juin 2018, pour une visite centrée sur sa participation à la cérémonie d’ouverture du salon « World Nuclear Exhibition » (WNE) aux côtés de M. Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances.

Les sujets industrie et énergie nucléaire ainsi que offre industrielle étaient au centre du programme du directeur général de l’AIEA. Il a ainsi pu s’entretenir avec M. Le Maire, aux côtés duquel il a ensuite fait la visite du salon en s’arrêtant aux principaux stands français, du « pavillon France » à EDF, en passant par Orano , Framatome et celui du Commissariat à l´énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

JPEG

Le DG de l’AIEA a ensuite fait un discours lors de la cérémonie d’ouverture du salon, pour évoquer notamment : la nécessité que le nucléaire puisse contribuer aux besoins mondiaux en énergie en particulier pour accroitre la part de l’énergie bas-carbone ; le progrès technologiques des nouvelles générations de réacteurs, dont les SMR ; le déplacement du centre de gravité du développement de l’énergie nucléaire de l’Europe et les Etats-Unis vers l’Asie ; le coût surestimé du nucléaire (« les centrales nucléaires sont effectivement chères à construire, mais lorsqu’elles sont en opération, elles sont relativement peu chères à exploiter à travers une durée de vie de nombreuses décennies ») ; le lien entre l’acceptation de la technologie électronucléaire par la population d’une part et d’autre part le respect des normes internationales de sûreté et sécurité et la gestion à long terme des déchets radioactifs.

M. Amano a déjeuné avec M. Dominique Minière, directeur exécutif du groupe en charge de la direction du parc nucléaire et thermique EDF, M. Philippe Varin, président du conseil d’administration d’Orano, M. Bernard Fontana, président du directoire et de Framatome. Les récentes évolutions de la structure de la filière nucléaire française et les enjeux nationaux et internationaux associés ont fait l’objet d’un échange ouvert avec le directeur général de l’AIEA.

Plusieurs occasions ont aussi permis à M. Amano d’échanger avec les représentants industriels internationaux. Il a visité le stand de Mitsubishi Heavy Industry (MHI ) et pu s’entretenir avec M. Miyanaga, le président du groupe. La table-ronde organisée à l’invitation des organisateurs de WNE qui a permis à une quinzaine de hauts représentants des industries et gouvernements internationaux d’échanger avec M. Amano sur le futur du nucléaire dans leur contexte national a également été un succès.

JPEG

Le Brésil, la République Tchèque, la Roumanie, l’Afrique du Sud, les Etats-Unis, le Royaume-Uni ainsi que les associations WANO (World Association of Nuclear Operators) et Foratom (association de l’industrie nucléaire européenne) étaient notamment représentés. Les échanges se sont concentrés sur les enjeux liés aux réacteurs modulaires et de petite et moyenne puissance (SMR) et les concepts de microréacteur, mis en avant par la délégation des Etats-Unis, et sur l’intégration des technologies numériques dans l’exploitation des réacteurs de puissance.
Dans le cadre d’un entretien avec M. Philippe Etienne, conseiller diplomatique du Président de la République, M. Amano a pu évoquer les grands enjeux de politique nucléaire internationale et de non-prolifération au cœur desquelles l’AIEA est appelée à jouer un rôle important sur le long terme (Iran, Corée du Nord).
Ces sujets ont été également traités lors d’une réunion suivie d’un diner avec M. François Jacq, nouvel administrateur général du CEA qui a été l’occasion d’échanger sur les coopérations en cours et à venir entre l’AIEA et le CEA.

Enfin le directeur général de l’AIEA a fait un discours lors de la clôture d’une conférence organisée par la Société Française de l’Energie Nucléaire (SFEN) sur l’utilisation des technologies numériques dans les centrales nucléaires (« Conférence INDEX »).

L’AIEA observe une utilisation accrue du numérique dans les centrales nucléaires dans le monde, a indiqué M. Amano, en soulignant les promesses que porte cette technologie en termes de fiabilité, de fonctionnalités, de performance et de diagnostics tout en rappelant les défis qu’elle entraine pour la sûreté et la sécurité nucléaire.

JPEG

Dernière modification : 09/07/2018

Haut de page