Trafic de migrants : renforcer la coopération judiciaire en Europe du Sud-Est

A l’initiative de l’ONUDC et de la France, une réunion d’experts régionaux s’est tenue à Budva (Monténégro) du 26 au 28 avril 2017 pour renforcer la coopération judiciaire pénale aux fins de lutte contre la trafic de migrants.

PNGEnglish version available here

Du 26 au 28 avril 2017 s’est tenue à Budva (Monténégro) une réunion régionale d’experts visant à renforcer les institutions pour améliorer la coopération judiciaire pénale aux fins de démantèlement des réseaux de trafiquants de migrants dans les pays du Sud-Est de l’Europe. Elle a été organisée conjointement par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) et le bureau du procureur spécial du Monténégro.

Une première réunion avait été organisée sur le même thème à Belgrade (Serbie) du 16 au 18 novembre 2016. Elle avait permis de dresser un premier bilan de la situation du trafic des migrants dans la région. Cette seconde réunion entendait faire suite aux travaux de ce premier séminaire en axant ses discussions sur la lutte contre le blanchiment d’argent généré par le trafic des migrants pour en dégager des indicateurs et identifier les nouveaux modes opératoires des trafiquants.

Ce séminaire, introduit par l’ambassadrice de France au Monténégro, Mme Christine Toudic, aux côtés du procureur spécial du Monténégro et du coordinateur national de lutte contre la traite des êtres humains, a réuni 47 participants (police, justice, ministère des finances, institutions bancaires, ONG, organisations régionales et internationales) provenant de 13 Etats de transit et de destination des migrants traversant la route des Balkans. Les travaux ont été coordonnés par trois représentants de l’ONUDC ainsi que par Mme Caroline Charpentier, chargée de mission « lutte contre la traite des êtres humains et criminalité connexe » à la représentation permanente de la France auprès de l’ONU à Vienne.

La présentation de cas concrets a permis de faire ressortir les difficultés posées par la lutte contre le trafic des migrants mais également les bonnes pratiques des Etats dans le démantèlement de réseaux de trafiquants. A l’issue, des recommandations ont été émises pour améliorer la coopération policière et judiciaire transnationale.

Cette réunion a ainsi permis de renforcer les capacités des Etats dans le démantèlement des réseaux de trafiquants et de renforcer la coopération internationale en la matière par la mise en place d’accords de coopération et d’équipes communes d’enquêtes. L’importance d’inclure tous les acteurs dans le cadre d’une enquête sur le trafic des migrants a été souligné par la présence de participants aux profils divers (enquêteurs, juges, ONG, travailleurs sociaux).

Une dernière réunion sera organisée en Croatie d’ici la fin de l’année 2017 pour émettre des recommandations finales.

En savoir plus :

Lettre d’information TEH n°1( octobre 2014)
Lettre d’information TEH n°2 (février 2015)
Lettre d’information TEH n°3 (octobre 2015)
Lettre d’information TEH n°5 (février 2017)

Dernière modification : 08/05/2017

Haut de page