Sécurité des sources radioactives usées : la France s’engage aux côté de l’AIEA

A l’occasion du sommet sur la sécurité nucléaire de Washington, en mars 2016, la France a lancé un appel à contribution volontaires en faveur de la sécurité des sources radioactives usées. Ce gift basket a été officiellement élargi à l’ensemble des États Membres de l’AIEA à la faveur du side event organisé par l’AIEA en marge de la Conférence internationale sur la sécurité nucléaire.

PNGThe English version of the article is here.

JPEG
En marge de la Conférence internationale sur la sécurité nucléaire, qui se tient à Vienne du 5 au 9 décembre, la France a pris part au side event « Scaling up Worldwide Capacity to Manage Disused Sealed Radioactive Sources ».

Organisé par l’AIEA, cet événement a permis de présenter le concept développé par l’AIEA de Centre de référence pour soutenir la montée en puissance des capacités de prise en charge de sources radioactives usées (disused radioactive sources, DRS), afin d’améliorer la sécurité et la sûreté nucléaires. Les interventions ont permis de présenter les différentes options possibles pour la gestion des sources usées, le volume de travail qui reste à accomplir, l’estimation des besoins et les limites actuelles qui empêchent de progresser, partager les expériences des États Membres et favoriser la discussion en vue d’une optimisation de la gestion de ces sources.

Dans la continuité des engagements pris par le Président de la République, au cours du Sommet sur la Sécurité nucléaire de 2014, la France a élargi son appel à contribution volontaire (« Gift basket ») avec trois objectifs :

  • contribuer à renforcer la prise de conscience politique sur ce sujet ;
  • proposer des mesures concrètes, devant être mises en oeuvre après 2016, afin de rehausser la sécurité de ces sources ;
  • offrir une plateforme, parrainée par le plus grand nombre possible d’États, afin d’initier un travail substantiel à la suite du Sommet sur la sécurité nucléaire de 2016, en particulier ) l’AIEA.

Les experts français assistant au side event. - JPEG

Le gift basket se concentre sur ces trois domaines (renforcement du contenu et de la mise en œuvre du cadre international pertinent, promotion des échanges sur les technologies alternatives aux sources radioactives de haute activité, et promotion d’une coopération renforcée entre les États fournisseurs de sources en vue d’une meilleure gestion des sources usées et d’éviter qu’elles ne deviennent orphelines).

En 2016, la France a présenté le gift basket au Nuclear Security Summit, soutenu par 27 autres États et Interpol, et l’ouvre désormais à de nouveaux États.

JPEG - 88 ko
François Hollande, Président de la République, lors de la session plénière du Sommet sur la sécurité nucléaire, avril 2016
François Hollande, Président de la République, lors de la session plénière du Sommet sur la sécurité nucléaire, avril 2016. D.R. Nuclear Security Summit image gallery

Parmi les autres actions françaises, on pourra retenir :

  • la co-présidence d’un groupe de travail ad-hoc sur les technologies alternatives ;
  • la promotion du Code de conduite de l’AIEA ;
  • le plan d’action France-AIEA pour sécuriser et rapatrier des sources à l’étranger
  • le dépôt, tous les deux ans, à l’Assemblée général des Nations unies d’une résolution franco-allemande sur la sécurité des sources (adoptée de nouveau en 2016 par consensus)
  • un exemple d’initiative nationale : le remplacement d’irradiateurs sanguins par une technologie à rayons X.

Clément AMRINJON, annonçant la réouverture du "gift basket" de la France. - JPEG
Aller plus loin :

Dernière modification : 22/02/2017

Haut de page