Rencontre avec la nouvelle directrice exécutive de l’ONUDC, Mme Ghada Fathi Waly

S.E. M. Xavier Sticker, représentant permanent de la France auprès des Nations unies et des organisations internationales à Vienne, a rencontré la nouvelle directrice exécutive de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et directrice générale de l’Office des Nations unies à Vienne, Mme Ghada Fathi Waly, pour lui annoncer le versement d’une contribution exceptionnelle de 800 000 euros, en supplément des contributions volontaires apportées chaque année par la France.

JPEG

Le représentant permanent de la France auprès des Nations unies à Vienne, l’Ambassadeur Xavier Sticker, s’est entretenu avec Mme Ghada Fathi Waly, directrice exécutive de l’ONUDC, pour lui annoncer le versement par la France d’une contribution exceptionnelle de 800 000 € à l’ONUDC, au profit de son programme mondial sur les armes à feu ainsi que de son programme mondial de lutte contre la cybercriminalité, en vue de renforcer les capacités de lutte contre cette menace criminelle en Afrique de l’ouest. Cet apport supplémentaire, en sus des contributions volontaires fournies chaque année par la France à l’ONUDC, qui étaient déjà en augmentation en 2019, démontre une volonté particulière de notre pays de renforcer son soutien à l’ONUDC et d’accorder sa confiance au processus de réforme attendu.

La France est très attachée au multilatéralisme, à la place de Vienne, à la coopération internationale en matière de drogues et de lutte contre le crime, la corruption et le terrorisme. Elle promeut également le respect plein et entier des conventions internationales, des droits de l’homme et du principe de proportionnalité des peines. Soutien constant de l’ONUDC et de ses programmes, la France fournit notamment, à travers ses contributions et la mise à disposition de jeunes experts associés et de volontaires des Nations unies, un appui à de nombreux programmes mondiaux, régionaux et nationaux de l’office en Afrique de l’ouest et au Sahel, en Europe du sud-est, en Afrique du nord et en Amérique latine. Elle contribue également au fonds d’affectation générale de l’ONUDC et au soutien à la mise en œuvre opérationnelle des conventions de Palerme et de Mérida, ainsi qu’à leurs mécanismes d’examen.

JPEG

Nommée par le Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, Mme Ghada Fathi Waly a pris ses fonctions le 3 février 2020 en tant que directrice exécutive de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et succède ainsi à M. Youri Fedotov, en poste de juillet 2010 à décembre 2019. Elle prend également sa relève en tant que Directrice générale de l’Office des Nations Unies à Vienne (ONUV).

Ancienne ministre égyptienne de la solidarité sociale (2014-2019), Mme Waly dispose d’une expérience de plus de trente années dans les domaines de la protection sociale, du développement durable, de l’autonomisation des femmes et des jeunes et de la réduction de la pauvreté. Elle a notamment occupé les fonctions de directrice générale du Fonds social de développement (2011-2014), de représentante résidente adjointe du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en Égypte (2004-2011) et de directrice de programme pour CARE International en Égypte (2000-2004).

L’entretien de l’Ambassadeur Sticker et Mme Waly a en outre porté sur les échéances de haut niveau prévues dans les prochaines semaines qui attendent la nouvelle directrice exécutive de l’ONUDC et auxquels la France participera activement :

  • la 63ème session de la Commission des stupéfiants (CDS), du 2 au 6 mars, qui sera l’occasion de nouveaux échanges sur les politiques en matière de drogue entre les représentants des États membres, des organisations internationales et des organisations de la société civile, et de prise de décisions en matière de classification des substances dans le cadre des conventions internationales de contrôle des drogues ;
  • le 14ème Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et de la justice pénale, qui se tiendra ensuite à Kyoto du 20 au 27 avril, lors duquel une déclaration politique, qui constituera la principale feuille de route des Nations Unies dans ce domaine pour les cinq prochaines années, sera adoptée. A cette occasion, de très nombreux événements et réunions seront organisés afin d’identifier de nouvelles pistes de coopération et de partenariat entre les gouvernements, les professionnels de la prévention du crime et de la justice pénale, la société civile, les organisations internationales et régionales compétentes, le milieu académique et la communauté scientifique.

JPEG

Plus d’informations

Dernière modification : 14/02/2020

Haut de page