Portraits de francophones : Mme Caroline Mouchart

L’année 2020 marque le cinquantenaire de la Francophonie, dont l’un des principaux objectifs est la promotion et la défense de la langue française et du multilinguisme, qui est un élément essentiel du système multilatéral.

Découvrez ci-dessous le portrait de Mme Caroline Mouchart, représentante permanente adjointe de la Belgique auprès des Nations Unies et des organisations internationales à Vienne.

JPEG

Quel rôle l’apprentissage et la maîtrise du français ont-ils joué dans votre parcours professionnel ? Et sur le plan personnel ?

Le français est ma langue maternelle. La maîtrise du français a été un atout dans mon parcours professionnel, ayant été en poste à deux reprises en Afrique, dans des pays où le français était la langue officielle ou l’une des langues officielles. Cela a certainement facilité mon travail au quotidien, mais aussi mes contacts avec la population du pays hôte.
Je dois souligner également qu’en tant que Belge, et certainement en tant que diplomate belge, il est vite devenu évident pour moi que le français était une langue parmi d’autres et que la seule connaissance du français n’était pas suffisante en Belgique, où se côtoient des néerlandophones, des francophones et des germanophones. La connaissance du français a toujours été un atout, mais le multilinguisme l’est encore plus !

En quoi la connaissance du français (ou d’une autre langue officielle des Nations Unies) est-elle un atout pour faire carrière dans le système multilatéral ?

C’est une richesse et un grand avantage. A Vienne, je suis régulièrement en contact avec des collègues des Nations Unies qui sont francophones. De nombreux collègues au sein des Missions permanentes auprès des Nations Unies sont également francophones, ou maîtrisent très bien le français. Partager une langue commune, que l’on aime et maîtrise bien, crée des liens, c’est une affinité naturelle. Cela permet souvent aussi d’exposer ses idées et ses propositions de manière plus fine. La diversité linguistique est une richesse qui contribue à la défense du système multilatéral.

Le multilinguisme vous semble-t-il utile au bon déroulement de votre travail ? Et dans la vie de tous les jours ?

C’est indispensable et cela donne tellement plus de relief à notre travail. Dans la vie de tous les jours, c’est un réel plaisir. Parler la langue du pays dans lequel on vit et travaille, même s’il s’agit d’une connaissance imparfaite, permet d’avoir un contact tellement plus direct avec les gens, cela crée un sentiment d’appartenance, l’impression de n’être pas totalement « étranger ».

JPEG

Sur quel plan estimez-vous que la Francophonie devrait s’impliquer davantage ? Pour quelles raisons ?

L’OIF est certes un vecteur de propagation de la langue française et du multilinguisme, mais elle est certainement un acteur dans la défense des valeurs de la Francophonie que sont la paix, la démocratie et les droits de l’homme, valeurs que les diplomates belges défendent au quotidien.

Si vous étiez secrétaire général(e) de l’OIF, quelles mesures adopteriez-vous afin de renforcer l’usage du français et du multilinguisme dans les organisations internationales ?

Je pense que, dans un cadre plus général, je soutiendrais fortement les actions liées à l’éduction et à la formation professionnelle, avec un accent particulier pour préserver les acquis et encourager les progrès en matière du droit à l’autonomisation des femmes, aussi dans le domaine de l’éduction. Car si on bénéficie d’une formation de qualité, et cela comprend l’apprentissage des langues, et que le multilinguisme est une réalité dès le plus jeune âge, ce sont de bonnes bases pour renforcer l’usage du français et d’autres langues au sein des organisations internationales.

Quelle nouvelle langue aimeriez-vous apprendre si vous aviez l’occasion et le temps ? Pourquoi ce choix ?

J’aimerais reprendre des cours de russe. J’ai appris le russe il y a quelques années, mais mes connaissances sont assez rudimentaires. C’est un choix plutôt sentimental, je trouve que c’est une langue et une culture magnifiques.

PNG

Plus d’informations
l’article introductif de notre série de portraits de francophones ;
le site officiel de la représentation permanente de la Belgique auprès organisations internationales à Vienne ;

Dernière modification : 28/08/2020

Haut de page