Organisation d’un séminaire à Split sur le trafic des migrants

Organisée à Split (Croatie) du 18 au 20 octobre 2017, la troisième réunion d’un groupe régional d’experts sur « le trafic de migrants en Europe du Sud-Est et blanchiment d’argent » clôture le projet financé par la France et porté par l’ONUDC depuis 2015.

Depuis 2015, la France finance un projet dédié à la lutte contre le trafic de migrants et le blanchiment d’argent en Europe du sud-est. Ce projet mis en œuvre par l’ONUDC s’est décliné en trois séminaires régionaux, regroupant le même groupe de participants, afin de renforcer les liens entre les autorités de poursuite (police, justice).

JPEG

La première réunion organisée à Belgrade (Serbie) en novembre 2016, a permis de dresser un état des lieux du trafic des migrants dans la région. Les travaux de la seconde réunion, à Budva (Monténégro) au printemps 2017, se sont concentrés sur l’identification des nouveaux modes opératoires des trafiquants en matière de blanchiment d’argent et la présentation des mécanismes de saisies des avoirs criminels.

JPEG

Organisée à Split, du 18 au 20 octobre, cette troisième et dernière réunion d’experts accueille des experts français du parquet de Paris, du service de traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins (TRACFIN) et les postes des attachés de sécurité intérieure de Grèce et de Croatie. Les travaux ont été introduits par Mme l’ambassadrice de France en Croatie, Corinne Meunier et M. Stéphane Pailler, représentant permanent adjoint de la France auprès des Nations Unies à Vienne, qui ont réaffirmé l’importance de la lutte contre le trafic de migrants ainsi que la nécessité de renforcer la coopération internationale, étant rappelé qu’en 2016, la France a contribué à hauteur de 100 millions d’euros pour faire face à la crise migratoire, ce qui est deux fois plus qu’en 2014.

JPEG

Ce séminaire accorde une importance particulière aux enjeux liés au démantèlement des réseaux de trafic de migrants et à la coopération transfrontalière tout au long de la route migratoire. Les participants sont ainsi amenés à proposer des actions concrètes pour un engagement futur au niveau régional, sous régional ou bilatéral, y compris avec les organisations régionales et/ou internationales.

Dernière modification : 04/11/2017

Haut de page