ONUDC - Journée mondiale contre la traite des êtres humains (30 juillet 2018, Vienne)

Le principe de la journée mondiale consacrée à la lutte contre la traite des êtres humains a été adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2013 (résolution 68/192). La première journée de ce type a eu lieu le 30 juillet 2014. Désireux de sensibiliser le public au sort des millions de victimes de ce crime dans le monde, l’Office des Nations unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) organise chaque année à Vienne le 30 juillet des évènements consacrés aux victimes de la traite des êtres humains.

Cette année, la France s’associe à cette journée en participant à l’évènement de diffusion du film serbe « Sestre / Sisters » dépeignant l’histoire tragique de deux sœurs tombant entre les mains d’un réseau d’exploitation sexuelle.

PNG
M. Jean-Louis Falconi, représentant permanant de la France auprès des Nations unies et des organisations internationales à Vienne, s’est exprimé à l’ouverture de cet évènement aux côtés de M. Yury Fedotov, directeur exécutif de l’ONUDC, Mme Alena Kupchyna, ambassadrice biélorusse, Mme Roksanda Nincic, ambassadrice serbe et Mme Gillian Murray, directrice adjointe à la section de l’ONUDC sur l’analyse des politiques publiques et en charge de la campagne « Blue Heart (Cœur Bleu) ».

Illustrant l’engagement de la France dans la lutte contre la traite des êtres humains, l’ambassadeur Falconi a rappelé le soutien de la France au fonds fiduciaire pour les victimes de traite (UNVTF), la France étant le 3ème contributeur mondial à ce fonds, ainsi que la participation à la 27ème session de la commission pour la prévention du crime et de la justice pénale où fut adoptée la résolution d’initiative franco-roumaine sur la protection des mineurs contre tout type d’exploitation dans le cadre de l’usage des nouvelles technologies et des communications.

JPEG

En France, le premier plan national de lutte contre la traite des êtres humains, adopté en juin 2014 par le Conseil des ministres après concertation avec les associations d’aide aux victimes, accorde une importance fondamentale à la prévention du phénomène et à l’assistance aux victimes de la traite.

Consciente de la nécessité d’une approche transversale et multilatérale pour lutter contre cette activité criminelle et mieux venir en aide aux victimes, la France, par l’intermédiaire de ses Représentations permanentes à Vienne, est particulièrement impliquée dans les activités multilatérales, régionales et internationales pour la prévention de la traite, la protection et l’assistance aux victimes ainsi que pour le démantèlement des réseaux criminels.

Cette implication est renforcée par le projet régional multi-acteurs, également adopté en juin 2014, de lutte contre la traite des êtres humains et criminalité connexe, particulièrement en Europe du Sud-Est et dans les Balkans, coordonné actuellement par une magistrate détachée, Mme Caroline Charpentier.

Pour participer à la campagne « Blue Heart » :

Si vous souhaitez participer à l’effort de sensibilisation du public sur les problèmes de la traite des êtres humains, et manifester votre solidarité auprès des victimes, l’ONUDC a lancé une campagne sur les réseaux sociaux intitulée « Blue Heart Campaign ».

Le principe est le suivant :
1. Photographiez-vous/ un collègue/ ami/ membre de votre famille avec vos/leurs mains formant un cœur (la créativité est permise, vous pouvez vous inspirer des photos publiées sur Facebook ou Twitter).
2. Utilisez le hashtag #EndHumanTrafficking et partagez votre photo sur les réseaux sociaux.
Pour plus d’informations sur cette action et sur les autres modalités de participation, rendez-vous sur cette page.

JPEG
Cette année, à l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la traite des êtres humains 2018, une série de timbres, disponibles içi, a spécialement été éditée.

JPEG
Voici l’infographie sur la traite des êtres humains réalisée conjointement par la mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF) et l’observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) dans le cadre de leur étude « Les victimes de traite des êtres humains suivies par les associations en France en 2016 », numéro 48 de la revue Grand angle publié en juin 2018 :

JPEG

Dernière modification : 14/08/2018

Haut de page