Nations unies – Candidature de Mme. Catherine Geslain-Lanéelle à la direction générale de la FAO

Les Etats membres de la FAO procèderont à l’élection au poste de Directeur général lors de la 41ème session de la Conférence de la FAO - le plus important organe directeur de l’Organisation - qui se tiendra du 22 au 29 juin 2019 à Rome.

PNG

Introduction

Présentation de la FAO

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est l’agence spécialisée des Nations Unies qui mène les efforts internationaux vers l’élimination de la faim. Son objectif est d’atteindre la sécurité alimentaire pour tous et d’assurer un accès régulier et suffisant à une nourriture de bonne qualité permettant à tous, de mener une vie saine et active. Avec plus de 194 pays membres, la FAO travaille dans plus de 130 pays à travers le monde.

La division mixte FAO/AIEA

Les technologies nucléaires offrent des solutions souvent uniques et performantes pour lutter contre la faim, réduire la malnutrition, améliorer la durabilité de l’environnement et assurer la salubrité et l’authenticité des aliments. La FAO et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) travaillent en partenariat afin d’aider les pays membres à utiliser ces technologies de manière appropriée et en toute sécurité.

La Division mixte coordonne et appuie la recherche appliquée dans le cadre de plus de 25 projets coordonnés de recherche auxquels collaborent plus de 400 établissements de recherche et sites d’expérimentation nationaux et internationaux. Elle soutient également plus de 200 projets de coopération technique à l’échelle nationale et régionale en vue de favoriser le transfert de ces technologies dans les pays membres. Le Laboratoire FAO/AIEA d’agriculture et de biotechnologie est unique au sein de l’Organisation des Nations Unies, il effectue des travaux de R&D appliquée et adaptative, il élabore des normes, des protocoles et des lignes directrices et fournit des services de formation et des services spécialisés.

Processus électif de la direction générale

L’Organisation a annoncé le 4 mars 2019 la liste des candidats présentés par les pays membres de la FAO pour le poste de Directeur(trice) général(e) dont l’élection se déroulera lors de la 41ème session de la Conférence de la FAO - le plus important organe directeur de l’Organisation - qui se tiendra du 22 au 29 juin 2019 à Rome
Le mandat du prochain Directeur général ou de la prochaine Directrice générale de la FAO débutera le 1er août 2019 et s’achèvera le 31 juillet 2023. Le Directeur général sera éligible pour un seul mandat supplémentaire de quatre ans.
Les candidats
Trois candidats, tous nominés par leur gouvernement respectif, brigueront finalement le suffrage des pays membres selon l’ordre alphabétique de leur pays : Qu Dongyu (Chine), Catherine Geslain-Lanéelle (France), Davit Kirvalidze (Géorgie).
Les pays membres voteront sur la base du principe « un pays, une voix » lors d’un scrutin secret, au cours duquel il sera nécessaire d’obtenir une majorité simple pour valider les résultats.

JPEG

La candidature de Mme Catherine Geslain-Lanéelle, soutenue par l’Union européenne

Ingénieur agronome de 55 ans, ancienne directrice générale du ministère de l’Agriculture et ancienne directrice exécutive de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), Catherine Geslain-Lanéelle est également la candidate unique de l’Union européenne, suivant la décision adoptée le 15 octobre 2018 par le Conseil de l’Union européenne.

Des connaissances approfondies et un leadership reconnu

Catherine Geslain-Lanéelle dispose d’un leadership reconnu et d’une capacité démontrée de gestion d’organisations complexes et de grande taille opérant dans un environnement multiculturel, ainsi que d’une expérience professionnelle de haut niveau dans le domaine des systèmes alimentaires, du développement rural et de la sécurité alimentaire, en France comme en Europe. Elle a occupé les plus hautes fonctions au ministère de l’Agriculture français en étant successivement sous-directrice des échanges internationaux (aide alimentaire et coopération internationale), puis directrice générale de l’alimentation et enfin directrice générale de la performance économique et environnementale des entreprises.
Au niveau européen, après avoir travaillé à la Commission européenne comme expert sur les questions de sécurité alimentaire des consommateurs, elle a dirigé pendant plus de 7 ans l ’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Elle a ainsi impulsé pendant près de 20 ans les politiques de la France en la matière et a conduit au niveau international des initiatives d’envergure comme la création de la plateforme « 4 pour 1000 : Soils for food security and climate ». Mme Geslain-Lanéelle a également assumé la présidence de nombreux comités européens et internationaux, parmi lesquels le Comité du Codex Alimentarius sur les principes généraux.
Dans l’ensemble de ses missions, Catherine Geslain-Lanéelle a démontré de fortes capacités de communication, doublées de qualités personnelles, relationnelles et diplomatiques à tous les niveaux, y compris au niveau ministériel. Elle a développé des relations de travail fructueuses avec de nombreuses organisations et forums internationaux, en particulier avec la FAO, l’OMS, l’OMC, l’OCDE, le G7, le G20 ou encore le Forum de réponse rapide du Système d’information sur les marchés agricoles (AMIS).

Une nécessité de remettre la lutte contre la faim et la malnutrition au premier plan des agendas politiques

La FAO a contribué depuis sa création, à réduire l’insécurité alimentaire et la malnutrition, mais ces dernières années, la faim progresse à nouveau dans le monde.

Catherine Geslain-Lanéelle est déterminée à donner à la FAO et à son action une nouvelle impulsion, pour éradiquer, conformément aux engagements onusiens, la faim d’ici 2030, réduire la pauvreté, renforcer le développement rural mais également transformer durablement nos systèmes alimentaires. En effet, il est urgent de rassembler tous les pays membres et l’ensemble des partenaires autour d’une vision partagée et renouvelée pour consolider l’action de la FAO au service d’un monde délivré de la faim et de la malnutrition.

Pour cela, la candidate s’engage à amplifier la coopération et les synergies avec les autres organisations de l’ONU en particulier le FIDA, le PAM et l’OMS, et à renforcer la coopération avec les organismes scientifiques et techniques, et tous les acteurs pertinents.

Catherine Geslain-Lanéelle plaide également pour que la FAO joue tout son rôle d’organisation mondiale de référence dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, en s’appuyant sur des connaissances techniques et scientifiques robustes et reconnues. L’organisation peut ainsi mettre son expertise au service de la promotion de politiques publiques pertinentes, du renforcement des capacités des gouvernements qui le souhaitent et d’actions de coopérations techniques adaptées aux besoins.La sécurité alimentaire et la contribution du secteur agricole, des pêches et de la foret sont essentiels non seulement pour nourrir l’humanité mais aussi pour procurer des emplois décents dans les zones rurales, renforcer le rôle des femmes et des jeunes, éradiquer la pauvreté et préserver la planète. La candidate s’emploiera à amplifier pour cela les investissements dans la recherche, l’innovation, l’éducation et la formation, les infrastructures et la connaissance.
Dans un contexte marqué par le réchauffement climatique et l’existence de nombreuses conflits, Catherine Geslain-Lanéelle s’engage pour que la FAO soit au cœur des solutions pour que chacun, où qu’il vive, puisse accéder à une alimentation saine, sûre et produite durablement, condition d’un monde plus stable et plus juste.

Plus d’information

Dernière modification : 04/07/2019

Haut de page