Lutte contre la traite des êtres humains : 8ème lettre d’information sur les mariages forcés

876 millions de personnes sont victimes de mariages forcés dont 700 millions de jeunes filles n’ayant pas atteint l’âge de 18 ans et 250 millions l’âge de 15 ans. En 2014, la France témoignait de son engagement à lutter contre le phénomène en ratifiant la Convention dite d’Istanbul, convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, dans laquelle s’inscrit la lutte contre les mariages forcés. Les jeunes filles issues de milieux défavorisés originaires d’Asie du sud ou d’Afrique de l’ouest et centrale sont les principales victimes de mariages forcés, souvent précoces, lesquels sont notamment accompagnés de violences domestiques et sexuelles.

JPEG

La France fait de la lutte contre la traite des êtres humains, sous toutes ses formes, une priorité stratégique en Europe du sud- est. Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères finance notamment des projets mis en œuvre par l’ONUDC et l’OSCE en matière de lutte contre les trafics d’exploitation des êtres humains. La prévention et la lutte contre les mariages forcés ou précoces demeurent un axe de travail important dans le cadre de la stratégie régionale française.

Depuis 2015, la France apporte son soutien à la mission de l’OSCE au Monténégro dans la mise en œuvre d’un projet de lutte contre les mariages forcés. Ce projet a permis, non seulement de réaliser une étude sur le phénomène, mais également de former des formateurs originaires de communautés où les jeunes filles sont particulièrement vulnérables à des risques de mariage imposés.

JPEG

Par ailleurs, la nomination de coordinateurs chargés de la lutte contre la traite des êtres humains tant à l’échelle nationale, régionale qu’européenne, permet le développement et la mise en œuvre d’une politique coordonnée en la matière.

En France, Mme Elisabeth Moiron-Braud, magistrate, est la coordinatrice nationale en matière de lutte contre la traite des êtres humains et secrétaire générale de la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF) depuis 2013. En novembre 2017, la représentation Permanente de la France auprès de l’ONU à Vienne a organisé, avec l’Office des nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et Ie centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD), la 10ème réunion du réseau des coordinateurs nationaux chargés de la lutte contre la traite des êtres humains en Europe du sud-est. Cette réunion a permis aux participants d’échanger des bonnes pratiques pour renforcer la coopération internationale et de réaffirmer l’intérêt constant de la France pour lutter contre la traite des êtres humains.

Lire la lettre d’information TEH n°8 (janvier 2018) ; available in english and in serbian

Dernière modification : 28/08/2018

Haut de page