La France à la 61ème Conférence générale de l’AIEA : organisation d’évènements parallèles

Traditionnellement, la France organise des évènements en marge de la Conférence générale de l’AIEA, tant pour présenter son expertise dans le nucléaire que pour faire état des défis à venir de l’industrie.

I – Evénement « Managing the Nuclear Clock from Emergency to Future Generations : French Views for Nuclear Programmes

Comme chaque année, la délégation industrielle française menée par la Direction des relations internationales du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, a proposé un événement parallèle en marge de la Conférence générale. Cette année, la thématique choisie était celle des échelles de temps, afin de mettre en avant l’expertise française aussi bien pour gérer une situation de crise que pour prendre en compte les enjeux et besoins pour des programmes s’étalant sur plusieurs centaines d’années.

JPEG

sous la forme de conférence TEDx (prise de parole debout, au milieu de l’assemblée), les intervenants ont fait part d’une expérience illustrant le propos générique des échelles de temps.

JPEG

Lors des échanges avec les participants, on retiendra l’intérêt marqué pour les enjeux liés à la révolution numérique et les questionnements liés à la position de la France vis-à-vis du nucléaire énergétique. L’événement parallèle a ainsi permis de rappeler la politique française d’une contribution du nucléaire énergétique à hauteur de 50% du mix énergétique, ce qui nécessite un fort investissement, aussi bien dans l’innovation que dans la construction de nouvelles centrales en remplacement de celles arrivant en fin de vie.

II – Evènement co-organisé avec la Chine : “report on Policies, Technology Options and the Future of Nuclear Power by the Chinese and French Academies”

Bénéficiant d’une présence nombreuse, cet événement franco-chinois a permis de présenter le rapport du 31 août 2017 : « recommandations communes pour l’avenir de l’énergie nucléaire ». Les experts français étant intervenus ont notamment insisté sur les questions de sûreté nucléaire, identifiées comme une priorité pour l’avenir de l’industrie. Cet événement s’est clôt par des échanges nourris avec le public, qui a interrogé les organisateurs sur comment ces deux Etats, malgré leurs différences de vues dans ce domaine, sont parvenus à construire une position commune au sujet de l’avenir du nucléaire.

Dernière modification : 16/10/2017

Haut de page