Formation sur la traite des êtres humains à Sarajevo au Centre de formation des magistrats de Bosnie-Herzégovine (27 février 2019)

JPEG

Monsieur Guillaume Rousson, ambassadeur de la France en Bosnie-Herzégovine et Arben Murtezic, directeur du Centre de formation des magistrats de la Fédération de Bosnie-Herzégovine (CEST)

La France est fortement impliquée dans la lutte contre la traite des êtres humains. Toutefois, afin d’appréhender efficacement ce phénomène, qui se joue des frontières, elle ne peut agir seule. Il est impératif de renforcer la coopération internationale institutionnelle, notamment avec les États d’Europe du sud-est.

Ainsi, la stratégie française de lutte contre la traite des êtres humains met l’accent sur des actions de formation en s’appuyant sur les écoles de formation judiciaire, afin que les professionnels de justice partagent leurs connaissances et les bonnes pratiques.

JPEG

C’est dans ce contexte que s’est tenue, à Sarajevo, le 27 février 2019, au centre de formation des magistrats de la Fédération de Bosnie-Herzégovine (CEST), une formation des professionnels locaux. L’objet de cette rencontre était de présenter la politique pénale en matière de lutte contre la traite des êtres humains ainsi que les outils et les stratégies d’enquête pour garantir la condamnation des auteurs et la protection des victimes.

L’ouverture des travaux, par M. Arben Murtezic, directeur du centre de formation et M. Guillaume Rousson, ambassadeur de France en Bosnie-Herzégovine, a permis de rappeler l’importance de la coopération internationale pour lutter contre ces réseaux criminels et garantir la protection des victimes.

JPEG

Deux magistrates bosniennes, du parquet et du siège, ont ensuite exposé les bonnes pratiques en matière de conduite d’enquête et de construction de dossiers en lien avec la traite des êtres humains. Ces présentations illustraient des affaires jugées en Bosnie-Herzégovine.

Les outils de coopération technique et judiciaire entre États ont été présentés par Madame Caroline Charpentier, magistrate chargée de mission traite des êtres humains à la représentation permanente française auprès de l’ONU à Vienne, afin de sensibiliser les professionnels sur l’intérêt, notamment, de constituer des équipes communes d’enquête.

PNG

Enfin, parce que la lutte contre la traite des êtres humains vise également la protection des victimes et de leurs droits fondamentaux, les activités de l’association Zemljia Dece située à Banja Luka, qui prend en charge les victimes et met en place de nombreuses actions de prévention ont été présentées aux professionnels locaux.

Cette action de formation illustre de nouveau l’engagement fort de la France en Europe du sud-est dans la lutte contre la traite des êtres humains, et plus particulièrement aux côtés des autorités de Bosnie-Herzégovine.

Dernière modification : 12/04/2019

Haut de page