Formation franco-monténégrine relative aux critères d’identification de la traite des êtres humains et aux techniques d’enquêtes (Monténégro, 26 au 30 mars)

JPEG

Du 26 au 30 mars 2018 s’est tenue au Monténégro une formation relative aux critères d’identification de la traite des êtres humains et aux techniques d’enquêtes. La formation a été coordonnée par la Commission européenne (Direction générale de l’élargissement), le bureau du coordonnateur national de lutte contre la traite des êtres humains, le ministère de l’intérieur du Monténégro et notre chargée de mission. Une trentaine de participants ont échangé pendant 3 jours autour de la problématique d’identification de cas. Cette thématique est extrêmement importante dans la mesure où les statistiques nationales ne comptent presque pas de cas de traite, alors que les négociations en cours avec Bruxelles, dans le cadre de la négociation des chapitres 23 (appareil judiciaire et droits fondamentaux) et 24 (justice, liberté et sécurité) d’adhésion à l’Union européenne, soulignent l’importance pour le pays de renforcer ses efforts pour lutter effectivement contre ce type de criminalité organisée. Les praticiens invités avaient tous une expérience en la matière, ayant à connaitre de dossiers de traite des êtres humains : officiers de police, procureurs, magistrats du siège, représentants d’associations protégeant les victimes de traite, représentants du ministère de la justice, du ministère du travail, représentants des écoles de formation judiciaire et de police.

JPEG

La formation poursuivait un double objectif : identifier les besoins en matière de formation des praticiens (police et justice) tant en matière de formation initiale que continue ; former les participants aux techniques de conduite des dossiers de traite des êtres humains, incluant les investigations financières. La formation était articulée autour de dossiers jugés au Monténégro et présentés par les enquêteurs, procureurs et juges ayant eu à en connaitre. En regard, les experts français, M. Olivier-Charles Pitt, lieutenant-colonel à la section de recherche de Lyon, M. Thierry Pons, Vice-procureur à la JIRS de Bordeaux, et Mme Caroline Charpentier chargée de mission sur la traite des êtres humains, ont présenté leurs dossiers de traite en détaillant les techniques françaises. Les débats ont été très riches, les participants très actifs compte tenu de l’importance de la thématique et des questions soulevées par la complexité de l’infraction.

JPEG

Cette formation sera suivie d’une autre formation prenant en compte les recommandations des experts ainsi que les besoins identifiés par les participants. L’objectif est de créer un vivier d’experts monténégrins qui conduira de façon autonome les futures formations. La traite des êtres humains est une priorité pour le Monténégro et la France accompagne ce pays de façon constante pour lutter contre ces réseaux criminels, qui restent encore difficile à identifier et punir et ce qui rend la protection des victimes tout autant difficile.

Dernière modification : 30/04/2018

Haut de page