FLAMANVILLE et LA HAGUE : Visite d’une délégation d’ambassadeurs et de conseillers viennois

The English version of the post is here
À l’initiative de Mme l’Ambassadrice PARADAS, une délégation d’une dizaine de diplomates en poste à Vienne s’est rendue en France, les 6 et 7 avril 2016. MM. les ambassadeurs Mitsuru KITANO, Représentant permanent du Japon, et Rachmat BUDIMAN, d’Indonésie, cinq conseillers venant des missions diplomatiques d’Afrique du Sud, de République Tchèque, de Chine, du Royaume-Uni et de Finlande ainsi qu’un représentant de l’AIEA se sont déplacés en Normandie pour découvrir le site de l’EPR de FLAMANVILLE et l’usine de retraitement de La HAGUE.

JPEG

Après une session d’ouverture à Paris, en présence de l’Administrateur Général du CEA, M. Daniel VERWAERDE, du Gouverneur pour la France auprès de l’AIEA, M. Frédéric JOURNÈS, et de représentants du Ministère des affaires étrangères, d’EDF, d’AREVA et de l’I2EN, au cours de laquelle un panorama complet de la filière nucléaire française a été présenté, en détaillant notamment la restructuration en cours ainsi que la force de l’offre française en matière de formation et d’accompagnement des pays nouveaux entrants, la délégation s’est ensuite rendue à Cherbourg.

JPEG
Sur le site de la construction de l’EPR de Flamanville, après une présentation du chantier par M. Antoine MENAGER (Directeur du site), une visite très complète a été effectuée, depuis le sous-sol du futur réacteur (le core catcher) jusqu’aux générateurs de vapeurs en passant par les divers niveaux qui constitueront l’îlot nucléaire. L’intense activité qui régnait sur l’intégralité du chantier a montré le souhait d’achever le projet, conformément au dernier planning annoncé par le Président d’EDF (entrée en fonctionnement de la centrale pour le dernier trimestre 2018).

JPEG

La deuxième partie de la journée a été consacrée à la visite du site AREVA de La Hague. Après une présentation par M. René CHARBONNIER, Directeur adjoint du site, rappelant son historique ainsi que les principaux intérêts du retraitement, la délégation a pu voir les dispositifs d’accueil de la matière puis les salles d’entreposage. Les visiteurs ont pu constater, en grandeur réelle, ce que représentait l’entreposage des déchets ultimes pour l’ensemble de la filière nucléaire française, pour une année, en comparaison des volumes à prendre en compte sans retraitement.
JPEG

Aller plus loin

Dernière modification : 28/04/2016

Haut de page