Essai nucléaire nord-coréen du 3 septembre : condamnation par la France

La France dénonce avec force le nouvel essai nucléaire effectué le 4 septembre par la Corée du Nord et a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à se saisir de cette violation de ses résolutions.

PNG

À 05 :30 (heure de Vienne), le 3 septembre 2017, un événement sismique inhabituel a été détecté par les stations du système de surveillance international mis en place par l’OTICE. L’agence centrale de presse nord-coréenne a annoncé qu’un sixième essai nucléaire avait été réalisé avec succès. L’événement a eu une magnitude plus importante que celle enregistrée par le système de surveillance le 9 septembre 2016. L’ estimation de localisation montre que l’événement s’est produit dans la zone du site de tests nucléaires de la République populaire démocratique de Corée.

La Présidence de la République a diffusé le communiqué suivant :

Le Président de la République, Emmanuel Macron, condamne avec la plus grande vigueur le nouvel essai nucléaire effectué cette nuit par la Corée du Nord, qui fait suite à une série d’essais de missiles balistiques confirmant la volonté répétée de Pyongyang de porter atteinte à la paix et la sécurité internationales. La France réitère son soutien à ses alliés et partenaires dans la région.
Le Président de la République appelle les membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies à réagir rapidement à cette nouvelle violation par la Corée du Nord du droit international, du régime de non-prolifération nucléaire et des résolutions du Conseil, dont la résolution 2371 adoptée le 5 août 2017 à l’unanimité. Il souhaite également une réaction unie et claire de l’Union européenne.
La communauté internationale doit traiter cette nouvelle provocation avec la plus grande fermeté, afin d’amener la Corée du Nord à reprendre sans condition la voie du dialogue et à procéder au démantèlement complet, vérifiable et irréversible de ses programmes nucléaires et balistiques.

Monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a prononcé la déclaration suivante :

Avec son programme nucléaire et balistique, conduit en violation de ses obligations internationales, le régime nord-coréen menace la sécurité régionale et internationale.
Face à ces actes injustifiables et illégaux, j’appelle à une réponse ferme et unie de la communauté internationale pour préserver le régime de non-prolifération et la norme de droit ainsi que la paix et la sécurité internationale.
J’exprime ma solidarité avec les partenaires de la France, notamment asiatiques. Nous avons demandé, avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Corée du Sud et le Japon, la tenue aujourd’hui d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies en vue d’adopter rapidement de nouvelles sanctions contre le régime nord-coréen.
La France appelle à une mise en œuvre très stricte des sanctions et à l’adoption de mesures additionnelles de l’Union européenne. Elle reste en contact étroit avec ses principaux partenaires.

Comprendre le système de surveillance mis en place par l’Organisation du Traité d’Interdiction Complète des Essais nucléaires (en anglais CTBTO, Comprehensive Test Ban Treaty Organisation)
L’OTICE met actuellement en place un Système de Surveillance international (SSI) pour faire en sorte que toute explosion nucléaire soit détectée. Actuellement, environ 90% des stations de surveillance envoient des données au siège de l’OTICE à Vienne (Autriche).
Les données communiquées par les stations de surveillance sont traitées et diffusées auprès des États membres de l’Organisation à la fois sous forme brutes et analysées. Après l’entrée en vigueur du Traité, des inspections sur place pourraient être demandées et approuvées si les données du SSI indiquent un événement suspect.
La Corée du Nord est l’un des rares Etats à n’avoir pas encore signé le Traité d’interdiction compète des essais nucléaires (TICE), .
Un régime de vérification est en cours de construction pour contrôler le respect du traité. Plus de 85% des 337 installations du Système international de surveillance sont déjà en place (cf. la carte téléchargeable ci-dessous). Les données récoltées par les stations de surveillance sont transmises aux Etats membres, ainsi que les analyses de données réalisées par l’International Data Center de Vienne.
Inclure la vidéo de présentation des stations de surveillance :

I

Aller plus loin :
-  Le communiqué de presse de la Présidence de la République
-  Le communiqué de presse du Quai d’Orsay ;
-  Le communiqué de presse de M. Lassina ZERBO, Secrétaire exécutif de l’OTICE ;
- Déclaration (en anglais) de M. Yukiya AMANO, Directeur générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique ;
-  La carte au format PDF des stations de surveillance de l’OTICE
- Communiqué de Mme Mogherini, Haute Représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité

Dernière modification : 16/10/2017

Haut de page