Essai nucléaire nord-coréen : condamnation par la France

  • JPEG
  • Le mercredi 6 janvier, à 1h30 UTC (2h30, heure de Vienne), les stations du système de surveillance international mis en place par l’OTICE ont détecté un événement sismique inhabituel en République populaire démocratique de Corée (RPDC). La localisation de cet événement est similaire à celle de l’événement enregistré par le système de surveillance le 12 février 2013. Les premiers calculs ont montré que cet événement était localisé dans la région du site d’essais nucléaires de la RPDC.
    Les signaux et l’analyse consécutive sont très semblables à ceux de l’essai de 2013 en terme de magnitude, de localisation et de signaux caractéristiques. La RPDC a aussi annoncé ce mercredi, qu’elle avait procédé à un nouvel essai nucléaire, le quatrième depuis 2006. Les experts de l’OTICE analysent les données recueillies par les stations de leur réseau mondial de détection et fournissent aux Etats signataires les données pertinentes.
    JPEG - 503 ko
    Ce graphique indique les stations sismiques utilisées au cours de l’analyse automatique de la "première heure". Des analystes sont maintenant en train de passer en revue les données de toutes les stations OTICE afin d’affiner l’expertise. the Official CTBTO Photostream
    JPEG - 769.1 ko
    Ce graphique montre les signaux sismiques utilisés lors de l’analyse automatique initiale. Ces signaux et l’analyse consécutive sont très semblables à ceux de l’essai de 2013 en terme de magnitude, de localisation et de signaux caractéristiques. The Official CTBTO Photostream


    La réalisation de ce nouvel essai nucléaire a fait l’objet d’une condamnation unanime de la part du Conseil de sécurité des Nations Unies. La France condamne également dans les termes les plus fermes l’essai nucléaire auquel la Corée du nord vient de procéder.
    La Corée du nord choisit à nouveau la voie de la confrontation, au lieu d’accepter la main tendue par la communauté internationale. Cet acte illégal, accompli en violation des résolutions 1718, 1874, 2087 et 2094 du Conseil de sécurité, représente une menace à la paix et la sécurité internationales.
    Il s’agit également d’une violation de la norme universellement acceptée contre les essais nucléaires que constitue le Traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires (TICE).
    La France en tirera les conséquences avec ses partenaires et dans le cadre du Conseil de sécurité des Nations unies.
    Elle exhorte la Corée du nord à se conformer sans délai à ses obligations internationales et à procéder au démantèlement complet, vérifiable et irréversible de ses programmes nucléaire et balistique.
    Dans l’immédiat, la Corée du nord doit s’abstenir, sans conditions, de tout geste risquant d’accroître davantage la tension dans la péninsule coréenne et de porter atteinte à la paix et à la sécurité internationales.

Le 7 janvier 2016, la Commission préparatoire de l’OTICE s’est réunie en urgence pour examiner les dernières données disponibles et exprimer les positions des Etats signataires du Traité. A l’issue de cette session extraordinaire, le président de la Commission a publié un communiqué rappelant le caractère inacceptable d’un tel essai nucléaire.

Comprendre le système de surveillance mis en place par l’Organisation du Traité d’Interdiction Complète des Essais nucléaires (en anglais CTBTO, Comprehensive Test Ban Treaty Organisation)
L’OTICE met actuellement en place un Système de Surveillance international (SSI) pour faire en sorte que toute explosion nucléaire soit détectée. Actuellement, environ 90% des stations de surveillance envoient des données au siège de l’OTICE à Vienne (Autriche).
Les données communiquées par les stations de surveillance sont traitées et diffusées auprès des États membres de l’Organisation à la fois sous forme brutes et analysées. Après l’entrée en vigueur du Traité, des inspections sur place pourraient être demandées et approuvées si les données du SSI indiquent un événement suspect.

La Corée du Nord est l’un des rares Etats à n’avoir pas encore signé le Traité d’interdiction compète des essais nucléaires (TICE), .
Un régime de vérification est en cours de construction pour contrôler le respect du traité. Plus de 85% des 337 installations du Système international de surveillance sont déjà en place (cf. la carte téléchargeable ci-dessous). Les données récoltées par les stations de surveillance sont transmises aux Etats membres, ainsi que les analyses de données réalisées par l’International Data Center de Vienne.

Aller plus loin

  1. en français ;
  2. en anglais ;
  3. en espagnol ;

Dernière modification : 29/02/2016

Haut de page