AIEA : entretiens à Paris de M. Mohammed El Baradei, Directeur Général

- Entretien avec le Président de la République, M. Nicolas Sarkozy

Le 14 février, le président de la République a reçu M. Mohammed El Baradeï, directeur général de l’AIEA.

Le chef de l’Etat a souligné l’importance majeure de l’Agence pour la promotion de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, le développement de la sûreté et de la sécurité nucléaires ainsi que pour la non-prolifération.

Il a rappelé la politique de la France en faveur de l’accès au nucléaire civil de tous les pays respectueux des normes internationales.

Le président et le directeur général ont constaté l’importance cruciale du nucléaire civil dans les politiques énergétiques et en faveur du développement durable. Ils ont relevé la convergence des objectifs de la France et de l’Agence et souligné l’importance d’un travail en commun pour leur mise en œuvre.

L’intérêt de progresser sur le développement d’instruments collectifs, comme les assurances de fourniture de combustible et la création d’une banque de combustible à l’AIEA a été relevé.

Concernant la prolifération, le président de la République a rappelé les préoccupations et les demandes de la communauté internationale vis-à-vis des activités nucléaires et balistiques de l’Iran, exprimées par les résolutions de l’AIEA et du Conseil de sécurité. Il a rappelé les propositions de négociations des "Six" en faveur d’un règlement de cette crise, y compris dans le domaine de la coopération nucléaire civile. Le chef de l’Etat a encouragé l’Agence à poursuivre ses travaux d’enquête en Iran dans la durée et avec détermination.

- Entretien avec le Ministre des Affaires étrangères et européenne, M.Bernard Kouchner

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Bernard Kouchner, a reçu le directeur général de l’AIEA, M. Mohamed El Baradei, pour un déjeuner de travail qui a été suivi d’une réunion au niveau des hauts fonctionnaires.

Les discussions ont porté sur deux thèmes principaux : le développement du nucléaire civil dans le monde et la crise nucléaire iranienne.

Dans le contexte d’une demande croissante de recours à l’énergie nucléaire dans le monde, la France et l’AIEA ont l’intention de travailler en partenariat étroit pour s’assurer que ce développement de l’énergie nucléaire intervienne dans les meilleures conditions de sûreté, de sécurité et de non-prolifération.

Concernant l’Iran, les échanges ont permis de faire un point approfondi sur l’ensemble du dossier nucléaire et sur les échéances à venir, y compris l’adoption prochaine d’une troisième résolution de sanctions au Conseil de sécurité des Nations unies.

Le ministre a réaffirmé le soutien de la France aux efforts de l’Agence visant à obtenir des réponses complètes et sincères de l’Iran sur toutes ses activités nucléaires passées et présentes, y compris celles pouvant avoir une dimension militaire.

M. Bernard Kouchner a rappelé que les Six (Allemagne, Royaume-Uni, France, Chine, Russie, Etats-Unis), qui partagent une même approche sur ce dossier alliant ouverture au dialogue et fermeté, souhaitent que l’Iran réponde à l’ensemble des demandes de la communauté internationale formulées par les résolutions du Conseil des gouverneurs de l’AIEA et du Conseil de sécurité des Nations unies. Il a réaffirmé le souhait de la France de parvenir à une solution négociée. Il a regretté dans ce cadre l’absence de réponse de l’Iran aux propositions des Six.


Source image : MAE

Dernière modification : 24/07/2014

Haut de page