AIEA – De la nécessité de renforcer la sécurité nucléaire des sources radioactives (Vienne, 3-7 décembre 2018)

Dans le cadre de la conférence internationale sur la sécurité nucléaire des matières radioactives organisée à vienne par l’AIEA du 3 au 7 décembre 2018, la France a co-organisé avec l’Allemagne et les Etats-Unis un évènement dédié à la promotion de la déclaration commune initiée par la France pour le renforcement de la sécurité des sources radioactives de haute activité (INFCIRC/910 - disponible en français et en anglais)

JPEG

Avec l’objectif de pousser les États parties à renforcer la sécurité des sources radioactives, afin que la satisfaction des besoins en ressource énergétique d‘origine nucléaire dans de nombreux domaines (industrie, santé, etc) ne se fasse au détriment de la sécurité des États parties, la France, l’Allemagne et les Etats-Unis ont encouragé les États intéressés à souscrire à la déclaration commune pour le renforcement de la sécurité des sources radioactives de haute activité (INFCIRC/910) lors d’un évènement consacré à l’INFCRIC/910 mercredi 5 décembre. Cet évènement a été organisé en marge de la conférence internationale sur la sécurité nucléaire des matières radioactives organisée à vienne par l’AIEA du 3 au 7 décembre 2018, qui rassemble près de 770 participants de 100 Etats membres.

Dans son allocution, l’ambassadeur Jean-Louis Falconi a rappelé que « La menace du terrorisme nucléaire et radiologique n’a pas disparu et nous devons rester déterminés à poursuivre la coopération internationale dans ce domaine. Cela a été réaffirmé par le président de la république française Emmanuel Macron au Conseil de sécurité des Nations Unies en septembre dernier. »

JPEG

L’événement s’est ensuite articulé autour d’un court film explicatif sur l’INFCIRC/910 (disponible ici) et les réalisations faites par les Etats souscripteurs dans ce domaine, suivi par une discussion en panel avec des hauts représentants de l’Argentine, de la Malaisie, du Maroc, de la Norvège et de la Roumanie qui ont partagé leurs efforts nationaux et les enjeux en matière de sécurisation des sources radioactives et d’utilisation des technologies alternatives au sources radioactives.

En marge de cette conférence, la France a également été honorée par l’organisation Nuclear Threat Initiative (NTI) pour son action dans le cadre du renforcement de la sécurité radiologique et pour son engagement en faveur des technologies alternatives aux sources radioactives de haute intensité et à la promotion de l’INFCRIC/910.

JPEG

En savoir plus sur l’INFCIRC/910 :

En tant que document officiel, l’INFCIRC/910 a été présenté par la France au dernier Sommet sur la sécurité nucléaire, puis communiqué à tous les États membres de l’AIEA sous la cote INFCIRC / 910 et coparrainée par 28 États et Interpol. La France souhaite augmenter le nombre de signataires de ces principes afin de renforcer la coopération internationale et de toucher les différents États. En 2018, la Malaisie, la Slovénie et le Luxembourg ont exprimé leur soutien.
L’INFCIRC/910 a trois objectifs principaux :
• Accroître le renforcement du cadre international applicable aux sources radioactives
• Soutenir le développement de technologies alternatives aux sources radioactives de haute intensité
• Renforcer la coopération internationale pour améliorer la gestion de la fin de vie des sources radioactives

Dernière modification : 07/12/2018

Haut de page